Le sanctuaire pour éléphants « Into The Wild Elephant Camp »

L’éléphant est un animal qui m’a toujours fascinée. Ce pachyderme es majestueux, doux, extrêmement intelligent et ressent l’empathie. Sa vie émotionnelle est très riche et il accordent beaucoup d’importance à sa communauté et à sa famille.
Étant en Thaïlande, je voulais voir ces gentils géants. J’ai choisi le sanctuaire pour éléphants Into The Wild Eléphant Camp.

Petit rappel:

éléphants asie

Si vous aimez les éléphants, je vous déconseille vivement de participer à toute activité où l’animal est monté où mis en scène. Je vais vous résumer en quelques mots les problèmes liés à cela.

Tout d’abord, l’éléphant est un animal sauvage, tout comme les tigres et les lions. Qui dit sauvage, dit souvent dangereux. Croyez-vous réellement que si vous approchez un éléphant dans la jungle, il se laissera monter dessus ? Croyez-vous que si vous lui donnez un pinceau, il va peindre ? Et que si vous lui donnez un ballon, il va mettre des goals ? Si vous avez répondu non à ces trois questions, c’est que vous avez assez de logique pour comprendre que ces actes ne sont pas naturels pour un animal sauvage et que pour qu’il puisse faire tout cela, il faut le dresser.

Pour dresser un éléphant à des fins touristiques, le mahout (dresseur) utilisera la technique du phajaan, qui signifie « briser l’éléphant ». Cette méthode consiste, comme son nom l’indique, à torturer l’éléphanteau jusqu’à ce qu’il obéisse au doigt et à l’œil à son maître. Ce rituel est traumatisant pour l’animal qui s’en souviendra tout au long de sa vie ; et si un jour l’éléphant désobéit à son dresseur, celui-ci lui le piquera à un endroit stratégique (et douloureux).

Eléphanteau Thaïlande

Ensuite, l’habitat naturel de l’éléphant est la jungle, non pas la ville. L’environnement urbain n’est pas fait pour lui. Par exemple, saviez-vous qu’un éléphant d’Asie peut attraper des coups de soleil ? Dans la jungle, l’éléphant est protégé par les arbres, mais en ville, il sera sujet à des brûlures très douloureuses. De plus, les éléphants ont des pieds très fragiles qui leur permettent de communiquer grâce à des vibrations au sol. En ville, ils ressentent toutes les vibrations des voitures, motos et tuktuk, provoquant du stresse, mais aussi les faisant souffrir. Ajoutons à cela que le dos de l’éléphant n’est pas naturellement arqué comme celui d’un cheval, et vous comprendrez que monter sur ce majestueux animal n’est peut-être pas la meilleure des idées.

Finalement, cette pratique est aussi pénible pour le moral de l’éléphant. Quand il n’est pas monté, l’éléphant est attaché à une chaîne. Sachant qu’en milieu naturel, un éléphant marche 80km par jour, il a déjà de quoi déprimer. De plus, comme je l’ai expliqué un peu plus haut, les éléphants aiment vivre en groupe, ce sont des animaux sociaux qui créent des liens très forts entre eux. Saviez-vous que les éléphants se font des câlins, qu’ils dorment ensemble ? Quand ils travaillent, ils sont seuls ou éloignés. Ils peuvent rarement avoir des contacts physiques qui les rassureraient.

Je vous invite à lire ces deux articles si vous voulez en savoir plus sur ces adorables pachydermes : ici et ici.

La solution pour quand même approcher les éléphants

Into The Wild Elephant Camp

Si vous voulez voir des éléphants de près, il y a néanmoins la solution du sanctuaire pour éléphants. Un sanctuaire est une sorte de refuge pour éléphants. Ceux-ci sont rachetés très cher aux mahouts afin d’avoir droit à une retraite bien méritée après des années de travail. C’est d’ailleurs la raison du prix élevé des sanctuaires par rapport aux autres activités en Asie (comptez 40 euros la demi journée ou 70 euros la journée).

En plus de payer le mahout, il faut aussi nourrir l’éléphant (qui mange entre 150 à 220 kg par jour), lui apporter les soins nécessaires et posséder un terrain assez grand pour qu’il puisse se promener. Si vous payez moins de 40 euros la demi-journée, méfiez-vous. S’agit-il réellement d’un sanctuaire ou ne porte-t-il que le nom ? Si vous pouvez monter sur l’éléphant ou si vous voyez des chaînes ou des pics, vous ne vous trouvez certainement pas dans un vrai sanctuaire. Vérifiez aussi que le sanctuaire est dans la jungle et non au bord de la route.

Choisir un sanctuaire

Trois critères étaient non négociables pour décider de l’endroit où j’allais me rendre:

  • L’interdiction de monter sur l’éléphant
  • L’absence de chaîne ni de bâton
  • Un espace de mouvement suffisant et naturel

Mon premier choix se portait sur Nature Eléphant Park, le sanctuaire pour éléphants le mieux réputé du nord de la Thaïlande. Comme je m’y étais pris un peu tard, il n’y avait plus de place. J’ai donc trouvé un autre centre, beaucoup moins connu, mais tout aussi respectueux: Into the Wild Elephant Camp.

Présentation de Into The Wild Elephant Camp

sanctuaire Chiang Mai

Into de Wild est un tout petit sanctuaire qui ne possède que quatre éléphants et une dizaine de personnes pour s’en occuper quotidiennement, dont plusieurs Karen. Les Karens sont une minorité birmanes actuellement persécutée par le gouvernement et qui doit fuir le pays. Il y a donc beaucoup de Karen dans le nord de la Thaïlande.

Parmis les éléphants, il y a deux adultes et deux bébés. Une des adultes a été sauvée de plusieurs années de travail forcé de transport de marchandises et la deuxième a été sauvée de l’industrie du tourisme alors qu’elle était enceinte d’un éléphanteau. Cet éléphanteau est donc un des deux petits du centre. Le deuxième éléphanteau n’appartient pas encore au centre, il leur est prêté en attendant que le sanctuaire ait l’argent pour l’acheter. Malheureusement, le sanctuaire n’a pas pu sauver sa maman.  En vous rendant à Into The Wild Elephant Camp, vous 1. leur permettez de garder les éléphants qu’ils ont déjà, 2. leur permettez d’en acheter d’autres et 3. aidez des Karens.

Le programme de Into The Wild Elephant Camp

A 6h00 du matin, un mini bus est venu nous chercher à notre hostel. Ce jour-là, on était dix humains pour quatre éléphants, ce que je trouve bien. Le sanctuaire n’accepte pas plus de douze personnes en même temps, sauf si ce sont des groupes de personnes qui se connaissent déjà.

Arrivés au sanctuaire, notre guide nous donne un T-shirt rouge et nous explique que l’éléphant ne nous connaît pas mais qu’il connaît le T-shirt. Il n’aura donc pas peur de nous et il nous sera plus facile de l’approcher. Nous nous dirigeons ensuite vers les pachydermes. Qu’ils étaient beaux et impressionnants ! On s’approche d’eux, on les « caresse » (il faut les « taper », car leur épiderme est très épais et des caresses lui donneraient l’impression qu’une mouche lui tourne autour). Un des éléphanteaux a donné un petit coup de pied à une des filles qui le caressait car ça l’embêtait (oupsi haha), et le guide l’a engueulé pour qu’il comprenne que ça ne se faisait pas. Il faut comprendre qu’un éléphanteau de moins de 5 ans n’a pas été dompté et peut avoir des comportements un peu brutaux.

Into The Wild Elephant Camp

Le guide nous a ressemblé et nous a donné des informations sur les éléphants et nous a expliqué pourquoi on ne pouvait pas leur monter dessus. Il nous a ensuite donné un sac de bananes pour qu’on les nourrissent. Il nous a expliqué comment faire. En gros, il faut être rapide et enchaîner les bananes, sinon l’éléphant peut s’énerver. On n’était pas obligé de nourrir les éléphants si ça nous faisait peur, une seule fille a préféré juste regarder (et non, ce n’était même pas celle qui s’était ramassé un coup de pied). Pendant ce temps, les employés nous prenaient en photos pour qu’on ait de jolis souvenirs.

nourrir les éléphants en Thaïlande

Ensuite est venu le temps de la promenade jusqu’à la cascade. On se baladait à côté des éléphants dans la jungle, c’était magnifique. Leur agilité m’impressionnait. Parfois, je galérais à passer par des chemins étroits et les éléphants qui font dix fois ma taille se déplaçaient comme des acrobates. Arrivés à la rivière, ils ont bu et mangé. On marchait à leur rythme, s’ils voulaient s’arrêter 10 minutes, on s’arrêtait 10 minutes, s’ils avançaient, on avançait. On pouvait aussi les prendre en photos. Franchement, pourquoi être sur eux si on peut marcher à côté d’eux ?

balade éléphants Chiang Mai

Après, on a été se mettre en maillot et on s’est rendu dans le petit bain de boue. On a lancé des boulets de boue sur eux pour les protéger des moustiques. On est ensuite allé dans la rivière se baigner avec eux, mais ils avaient froids. Dès que le guide a vu qu’ils en avaient marre, il les a immédiatement fait sortir en s’excusant auprès de nous qu’on n’ait pas pu passer beaucoup de temps avec eux dans l’eau, mais qu’il ne voulait pas les forcer s’ils n’avaient pas envie. Les éléphants sont repartis se promener et nous sommes restés un peu plus longtemps dans l’eau avant d’aller nous sécher.

sanctuaire pour éléphants Chiang Mai

On a finalement dit au revoir aux éléphants et on a eu un bon repas végétarien. La petite voiture nous a raccompagné jusqu’à notre hostel et on était de retour à Chaing Mai vers 14h. Matinée parfaite que je conseille à tous si vous souhaitez visiter un sanctuaire pour éléphants dans le nord de la Thaïlande.

repas veggie thaïlande

Sinon, voilà quelques photos marrantes pour conclure cet article:

balade éléphants Thaïlande

bananes éléphants Thaïlande

bain de boue avec éléphants
balade éléphants Chiang Mai
Autres articles sur la Thaïlande:

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *