backpackeuse

Je fais l’aventurière en Amazonie – découverte de la réserve du Yasuni (Équateur)

Enfant, j’avais une imagination débordante. J’aimais m’imaginer de nombreuses vies où j’étais l’héroïne. Parfois, j’étais la Petite Sirène, d’autres fois une princesse aux pouvoirs étonnants, ou encore une grande aventurière. Cette année, j’ai pu jouer Lara Croft IRL dans la réserve de Yasuni en Équateur. Je vous raconte cette expérience hors du commun dans la jungle amazonienne.

 

Pourquoi choisir la réserve de Yasuni ?

Peu de touristes s’aventurent dans le Yasuni. C’est bien trop reculé. À partir de Quito, il faut compter 8 heures de bus et 8 heures de lancha pour se rendre jusqu’au village le plus proche de la réserve : Nuevo Rocafuerte.

 

C’est exactement pour cette raison que j’ai choisi de visiter la réserve de Yasuni. Je voulais explorer la jungle profonde et ressentir l’isolement. Je souhaitais être loin de la civilisation, être au cœur de la nature. Et c’est exactement ce que j’ai vécu.

 

amazonie equateur

 

On quitte Nuevo Rocafuerte :

Le matin, je déjeune dans le village de Nuevo Rocafuerte avec mon covoyageur et notre guide (Fernando). Ensuite, nous prenons nos petits sacs à dos et nous embarquons dans la lancha, un petit bateau à moteur.

 

Nous faisons un arrêt au poste d’entrée pour nous enregistrer. Le guide nous donne quelques informations supplémentaires avant que nous fassions nos premiers pas dans la jungle. Le Yasuni possède une faune et une flore très riches, nous explique-t-il. Cette réserve compte 204 espèces de mammifères, 150 espèces de reptiles, 550 espèces d’oiseaux, 382 espèces de poissons et 2274 espèces de végétaux. Il n’a pas précisé le nombre d’espèces d’insectes et c’est tant mieux !

 

Fernando nous explique également qu’il est très important d’être accompagné d’un guide qui connaît bien la jungle. Apparemment, l’année passée encore, un guide s’est perdu pendant trois jours avec le groupe de touristes qu’il accompagnait. « Ça ne va pas vous arriver avec moi« , nous rassure-t-il. Il nous précise également que nous ne pouvons pas nous promener partout dans la réserve. Il existe une zone appelée « la zone intangible » qui appartient aux populations indigènes. Ces indigènes sont très territoriaux, nous prévient Fernando. « S’ils nous voyaient là, ils nous tueraient. » Bon, ben, on va éviter d’y aller alors hein.

 

explication fernando yasuni

 

Nos premiers pas dans la jungle :

On entre enfin dans la jungle. Ça faisait des semaines que j’attendais ce moment. J’ai visité beaucoup de forêts dans ma vie, et j’étais déjà rentrée plusieurs fois dans la jungle, en Asie et en Amérique latine. Je peux vous dire une chose : l’Amazonie, c’est différent de tout ce que j’ai connu avant. Je ne m’étais jamais retrouvée dans une zone si sauvage.

 

C’était vaste, c’était beau, c’était vivant. Nous marchions en silence, afin de ne pas apeurer les animaux que nous espérions tant apercevoir. J’avais conscience que l’environnement était hostile, mais je ne me sentais pas en danger. J’avais confiance en notre guide, et je pense que c’est essentiel pour ce type d’aventure.

 

Lors de cette première balade, nous n’avons aperçu aucun animal. La jungle est imprévisible et les animaux ont peur des hommes. Il ne faut pas oublier que nous sommes des prédateurs pour la plupart de ces espèces.

 

jungle vierge

 

Arrivée au camp

Nous reprenons la lancha et nous nous dirigeons vers notre camp. Ce dernier est assez rudimentaire. Il n’y a que deux abris, construits à partir de branches d’arbres, de bâches en plastiques et de corde.

 

Nous aidons Fernando à sortir le matériel de camping de la lancha. Il a tout prévu : la nourriture, les tentes, le matelas et une bombe à gaz lié à une taque pour cuisiner. Je vous rappelle qu’on était au plein milieu de nulle part, il n’y avait donc pas d’électricité. Ah oui, et pas de douche. Ni de toilettes.

 

Nous montons les tentes, que nous prenons soin de bien fermer pour ne pas avoir la visite surprise d’insectes ou d’araignées. Ensuite, nous mangeons des spaghettis sauce tomate cuisinés par la femme de Fernando. Les repas de la semaine étaient tous très basiques, mais ça me convenait amplement. Je ne m’attendais pas à des repas gastronomiques en Amazonie de toute façon.

 

campement yasuni

 

Les dauphins roses d’Amazonie

Après le repas, Fernando nous annonce qu’on va reprendre la lancha pour essayer d’apercevoir des dauphins roses. Pour tout vous dire, je ne savais même pas que ça existait, des dauphins roses. Leur couleur est due à leur flux sanguin. Les dauphins les plus dynamiques sont bien roses et les plus fainéants sont gris.

 

Ils sont très vite venus à nous. Fernando a arrêté la lancha et on a pu admirer ces merveilleux mammifères marins nager à seulement quelques mètres de nous. Il faut avoir les yeux grand ouverts pour les apercevoir. Ils ne sortent la tête de l’eau qu’une fois par minute et glissent furtivement au-dessus de la lagune opaque. Je me sentais incroyablement chanceuse de pouvoir les observer dans leur milieu naturel.

 

bateau fleuve amazonie
Malheureusement, il était limite impossible de prendre les dauphins en photo …

 

Coucher de soleil sur la réserve Yasuni

Le soleil se couche et Fernando navigue paisiblement vers un autre coin de la jungle, d’où nous pourrons admirer le coucher du soleil. Nous sommes là, assis dans la lancha, à apprécier ce magnifique spectacle de la nature. Je sens la flore s’agiter. Les oiseaux viennent se nourrir, les  libellules volent autour de nous, les grenouilles commencent à chanter, et les singes à hurler.

 

coucher de soleil en amazonie

 

Promenade nocturne

Leica, la femme de Fernando, nous a préparé des patates et des légumes pour ce soir. C’est dîner aux chandelles. Pendant ce temps, Fernando nous explique que nous allons faire une promenade nocturne pour tenter d’apercevoir les animaux et les insectes qui vivent de nuit. « Tout est possible », nous rappelle-t-il. Il faudra être vigilant.

 

Pendant cette balade, nous avons principalement vu des insectes, des grenouilles et de grosses araignées. J’étais (bizarrement) très contente d’avoir pu observer une tarentule. Elle était toute moche et toute poilue. Fernando nous expliquait quelles grenouilles et quels insectes étaient venimeux.

 

Il s’arrête. « CHUT », nous dit-il. « Regardez là-haut, dans l’arbre. » Je plisse les yeux et j’aperçois… un cochon d’Inde. Sur un arbre. Je ne savais pas que les cochons d’inde vivaient en Amazonie, et encore moins qu’ils grimpaient aux arbres. L’arbre tremble, on entend un boum, et je sens quelque chose courir à mes pieds. Fernando rigole. Il venait de secouer l’arbre pour faire tomber le cochon d’Inde. « Il n’avait rien à faire là« , conclut-il.

 

arraignée

 

Bonne nuit

De retour au campement, je m’apprêtais à passer ma première nuit en Amazonie. Avant de rentrer dans la tente, Fernando nous fait une dernière mise en garde : « N’oubliez pas de vérifier vos bottes le matin. Un jour, un voyageur que j’accompagnais s’est fait piqué n’avait pas regardé et il y avait un scorpion dans sa botte. Il s’est fait piqué et on a dû rentrer d’urgence. » Je vérifierai. 5 fois même.

 

camping en amazonie

 

Deuxième journée dans la réserve du Yasuni

La deuxième journée fut rythmée par des balades dans la jungle et des promenades en lancha. On a été extrêmement chanceux. Fernando n’en revenait pas :  » J’ai l’impression qu’on est au zoo. On va voir des animaux, et il y en a! Ce n’est pas tout le temps comme ça, il arrive qu’on ne voie rien pendant cinq jours. » Il y avait des singes (au moins 3 sortes!), des dauphins, de grands perroquets, des toucans, … C’était énorme!

 

En soirée, on a fait un tour en lancha pour essayer de trouver des caïmans. C’est le premier moment où j’ai flippé pendant ce séjour en Amazonie. Imaginez : il fait noir, vous êtes sur une barque, votre guide rame à travers les herbes aquatiques. Vous entendez de drôles de bruit nocturnes. Et vous cherchez des yeux rouges dans la nuit. Ceux d’un caïman qui se baladerait près de vous.

 

amazonie equateur animal

 

Nous avons vu un caïman, il était tout petit et Fernando l’a attrapé pour nous le montrer de plus près. Je ne m’y attendais pas et j’ai bien eu peur. Je voulais juste qu’il relâche la bestiole à l’eau, pas besoin d’un cours de biologie sur les caïmans ce soir-là. Il l’a évidemment assez vite remis à l’eau.

 

Nous sommes rentrés sains et saufs au campement. Que d’émotions. Et ce n’en était pas fini pour moi, car je me suis réveillée vers minuit avec l’envie pressante. J’ai flippé ma vie et il m’en a fallu du courage pour sortir de la tente, vérifier qu’il n’y avait pas de scorpion dans mes bottes, et espérer qu’une grenouille ou autre bestiole nocturne ne me saute pas dessus. Au final, je me suis juste fait attaquer par une dizaine de moustiques affamés.

 

reptile jungle

 

Troisième et dernière journée en Amazonie

Pour cette dernière journée, Fernando nous laisse le choix : soit on continue à faire de l’observation en forêt, soit on va visiter un village d’indigènes. Il nous prévient : « Ce n’est pas un village touristique. Ils vous apprendront à faire du pain au yucca. » Il fallait leur faire une donation de 10 dollars. Comme nous avions eu la chance de voir beaucoup d’animaux les jours précédents et que nous étions un peu fatigués, nous avons choisi cette option.

 

C’était la première fois que je rentrais dans une communauté indigène. Je ne l’avais jamais fait auparavant puisque j’avais toujours peur que ce soit une attrape à touristes, avec toutes ses conséquences néfastes pour les indigènes. Pour faire une petite digression, il existe des agences de tourisme qui font des circuits dans les communautés indigènes sans leur accord, et les paient des cacahuètes. Je trouve que ça peut vite devenir très malsain, un peu comme un « zoo humain« .

 

Certaines de ces communautés essaient alors de s’adapter et finissent par dépendre du tourisme pour vivre. Je trouve que c’est super intéressant de visiter des communautés indigènes, mais il est indispensable de bien se renseigner avant et d’y aller avec le bon état d’esprit.

 

indigenes yasuni

 

En ce qui concerne les photos, ça doit toujours être fait dans le respect. On y va pour apprendre un autre mode de vie, avant d’y aller pour faire des photos. Ensuite, on demande si ça ne dérange pas OU on fait des photos où ils n’apparaissent pas. Certaines communautés ne sont pas contre tant que ce n’est pas abusif, d’autres ne veulent absolument pas voir d’appareil photo ou de téléphone.

 

Nous avons donc passé la matinée avec une famille d’indigènes à déraciner des yuccas, les râper, les essorer et en faire des galettes. Je n’ai malheureusement pas pu beaucoup communiquer avec eux car ils ne parlaient pas espagnol et notre guide n’était pas avec nous (il ne se sentait pas bien, il se reposait). C’était donc intéressant, mais un peu frustrant de ne pas pouvoir discuter avec eux. Au final, on a juste fait du pain au yucca.

 

famille indigene amazonie

 

Une expérience inoubliable

Ces trois jours furent merveilleux. Je suis super heureuse d’avoir choisi de faire confiance à Fernando pour découvrir le Yasuni. Si vous avez l’âme d’un aventurier ou d’une aventurière, je vous recommande à 100% cette expérience.

 

visiter le yasuni avec fernando

 

Quelques informations pratiques :

Prix : 90 euros par jour

Déplacements + logements à Nuevo Rocafuerte : à votre compte

ATM à Coca, mais pas à Rocafuerte

Contact de Fernando: envoyez-moi un message sur mon Insta ou un email à thebelgianbackpacker@gmail.com

 

Tu es en Équateur ? Cet article sur l’ascension de Cotopaxi pourrait t’être utile !

 

coucher de soleil amazonie

Quelques photos supplémentaires :

La plupart de ces photos ont été faites avec un zoom x20 sur mon GSM. La qualité n’est pas top top, mais au moins on voit la bouille des animaux !

Camping dans la jungle amazonienne

 

camping jungle

camping yasuni

camping jungle

 

Faune et flore

 

oiseau yasuni

guide fernando

oiseau yasuni

poisson yasuni

singe yasuni

singe yasuni

singe réserve yasuni

découvrir le yasuni

réserve yasuni

 

Envie de voir encore plus de photos d’Amazonie ? Viens sur mon Instagram !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *